RECHERCHE

Particules et interactions fondamentales

MESURES DE PRECISION A BASSE ENERGIE

Les activités du groupe sont principalement motivées par la recherche de nouvelle physique (au-delà du Modèle Standard), dans des expériences de haute précision et haute sensibilité à « basse énergie », qui sont complémentaires à celles effectuées auprès de grands collisionneurs tels que le LHC.

Le détecteur nEDM
Le détecteur nEDM
Le piège de Paul entouré de ses détecteurs

Mesure de la corrélation angulaire bêta-neutrino dans les transitions permises

Le dispositif LPCTrap, construit et utilisé par le laboratoire, est unique parmi les dispositifs existants dans le monde pour ce type de mesures.

b-STILED

Le spectre en énergie des particules bêta dans la décroissance de certains noyaux bien choisis, constitue le moyen le plus sensible dans ce domaine de sonder l’existante de nouvelle physique au-delà du Modèle Standard, non encore exclue par les expériences de haute énergie. Ce projet envisage de mesurer le spectre en énergie de électrons émis par le noyau 6He, sur la plus large gamme en énergie et avec une précision jamais atteinte jusqu’à présent.

b-Stiled
WISArD expérience. Etudes de l'interaction faible avec la décroissance de 32Ar.

Etudes de l'interaction faible avec la décroissance de 32Ar

L’interaction faible régissant la désintégration ß nucléaire est décrite dans le modèle standard de la physique des particules comme étant constituée de deux courants, le courant vectoriel pour les désintégrations Fermi et le courant axial-vectoriel pour des désintégrations Gamow-Teller.

Matter's Origin from RAdioactivity

Le projet MORA (Matter’s Origin from the RadioActivity of trapped and laser oriented ions), porté par le GANIL et le LPC Caen, aborde l’une des questions les plus fondamentales de la physique moderne : pourquoi l’antimatière est-elle quasi absente dans l’Univers visible ?

Mesures de précision à basse énergie - projet MORA
Synopsis de l’expérience n2EDM

Mesure du moment dipolaire électrique du neutron

Dans notre univers, le modèle cosmologique « standard » indique que la matière est apparue au cours des tous premiers instants du Big Bang (t < 10-12 s). Or, les symétries fondamentales de la nature (sur lesquelles se base la physique des particules) stipulent que l’antimatière aurait dû être produite simultanément dans des proportions rigoureusement identiques. Mais aujourd’hui seules d’infimes traces d’antimatière ont été observées à travers notre univers. Les raisons pour lesquelles l’antimatière a disparu et laissé place à la matière ne sont toujours pas comprises à ce jour. Elles constituent l’une des questions fondamentales de la physique des particules.

COMET - COherent Muon to Electron Transition

La violation de flaveur de lepton chargé (cLFV) apparaît comme un signal clair de l’existence d’une nouvelle physique au-delà du modèle standard. L’objectif de l’expérience COMET à J-PARC au JAPON, a pour objectif la mise en évidence de cette violation de la saveur leptonique à partir d’un signal rare issu de la conversion du muon en électron au voisinage d’un noyau d’aluminium.

COMET Experiment (COherent Muon to Electron Transition)

Projets

En savoir plus

Retour en haut