RECHERCHE

Physique nucléaire

Réactions de transfert

Pour ces recherches, qui se sont concentrées sur des études de réactions (d,p), un ensemble de siliciums à pistes (TiaRA, SHARC, MUST2/MUGAST), généralement en configuration quasi-4p, a été utilisé en conjonction avec des détecteurs germanium (TIGRESS et EXOGAM) pour tagger les décroissances des états liés excités.  En plus de fournir une résolution supérieure à celle qui peut être obtenue par la détection du proton, les cascades gamma peuvent fournir des informations complémentaires sur le spin-parité des niveaux.  La configuration SHARC+TIGRESS a été utilisée à ISAC2-TRIUMF, tandis que le programme au GANIL a utilisé la combinaison TiaRA+MUST2+EXOGAM et, plus récemment, MUGAST+EXOGAM.

RESULTATS RECENTS

Évolution de la structure autour de « l’îlot d'inversion » N=20

La réaction de transfert d’un neutron, (d,pg), a été réalisées avec un faisceaux réaccéléré de 25Na (5 MeV/nucléon) auprès de l’installation ISAC2, TRIUMF.  Les résultats et leur interprétation, aidés par des calculs du modèle en couche, indiquent le rôle important joué par la configuration neutron 1p3/2 dans la structure des états de basse énergie de parité négative dans le 26Na.  De manière significative, cela démontre que l’abaissement de l’orbite 1p3/2 par rapport à celle de 0f7/2, dont nos travaux antérieurs ont montré qu’il se produisait dans les noyaux voisins Z=10 25,27Ne (et également dans les noyaux Z=12 27,29Mg grâce à des études menées ailleurs), se produit également à Z=11.

En savoir plus

  • Shell evolution approaching the N=20 island of inversion: Structure of 26Na G Wilson et al, Phys. Lett. B759 (2016) 417

Structure uni-particule du 17C et la structure en couche autour de N=14

En utilisant un faisceau secondaire de 17 MeV/nucléon de 16C, obtenu par fragmentation en vol avec le spectromètre LISE3 au GANIL, la réaction d(16C,pg) a été étudiée à l’aide du dispositif TiaRA+MUST2+EXOGAM.  Les assignements de spin-parité 1/2+ et 5/2+ pour les deux états excités liés (Ex= 217 et 335 keV – identifiés par les transitions gamma associées) ont été confirmées.  En plus, les facteurs spectroscopiques déduits pour les deux niveaux présentaient un caractère uni-particule marqué, en accord avec les prédictions du modèle en couche. Ceci, ainsi que la petite différence d’énergie entre les états 1/2+ et 5/2+, indique que la fermeture de la sous-couche N = 14 est absente dans le 17C.  Ces résultats, couplés à ceux décrits ci-dessus obtenus au RIBF pour les 19,21C, permettent de cartographier la dégénérescence des orbites ns1/2 et nd5/2  proche de la vallée de stabilité à la dripline.

En savoir plus

  • Low-lying single-particle structure of 17C and the N=14 sub-shell closure. X Pereira-Lopez et al., Phys. Lett. B811 (2020) 135939
Retour en haut